jeudi 28 janvier 2010

Mémoire 2.0 - Partie 1 - Dis fiston, c'est quoi le web 2.0 ?


A.Définition du web 2.0

1.Définitions

Le concept de Web 2.0 est très difficile à définir car il n’a pas une définition unique et formelle. Tim O’Reilly, lors d’une conférence organisée par O’Reilly et Medialive International en 2003, fut le premier à avoir utilisé cette expression mais il n’en avait donné que des exemples :
Web 1.0

Web 2.0
DoubleClick
-->
Google AdSense
Ofoto
-->
Flickr
Akamai
-->
BitTorrent
mp3.com
-->
Napster
Britannica Online
-->
Wikipedia
personal websites
-->
Blogging
Evite
-->
upcoming.org and EVDB
domain name speculation
-->
search engine optimization
page views
-->
cost per click
screen scraping
-->
web services
Publishing
-->
Participation
content management systems
-->
Wikis
directories (taxonomy)
-->
tagging ("folksonomy")
Stickiness
-->
Syndication
L’article fondateur de Tim O’Reilly sur le Web 2.0 est présent ici : http://oreilly.com/web2/archive/what-is-web-20.html
Dans sa définition la plus large et la plus simple, le Web 2.0 est perçu comme une nouvelle manière de concevoir, d’utiliser le Web, qui n’est plus l’affaire de spécialistes mais l’affaire de tous et qui a une vocation davantage collaborative, participative et permet encore plus le partage d’informations entre les internautes.
Du point de vue technologique, le Web 2.0 a la particularité de s’appuyer sur des technologies qui existaient déjà. Il est cependant différent en soi du Web 1.0 grâce à une multitude d’évolutions technologiques qui ont permis d’en faciliter l’utilisation, la navigation et d’en enrichir le contenu. Généralement, un site internet est dit 2.0 quand il utilise un certain nombre de technologies dans son développement à savoir le CSS, un balisage XHTML simple et ordonné, de nouveaux langages de programmation tels que l’AJAX et les flux RSS qui permettent de diffuser des informations en temps réel. L’idée de base d’un site Web 2.0 est de mettre l’utilisateur au centre, d’en faire un acteur et non plus un spectateur tel que par exemple la possibilité de diffuser lui-même les informations qu’il souhaite et ce sont les évolutions technologiques qui ont permis cela.
Au-delà de l’aspect technique, le concept de Web 2.0 à un fort impact social et particulièrement sur la communication et c’est ce qui va nous intéresser plus particulièrement dans notre étude.
L’évolution technologique, la démocratisation d’Internet grâce à la généralisation des accès haut débit, son utilisation facilitée et de plus en plus accessible à tous ont permis de faire évoluer l’usage que nous faisions d’Internet. C’est sans aucun doute la possibilité qu’ont les internautes de créer eux-mêmes du contenu qui est une révolution au niveau social du Web 2.0, « avec le blog et ses dérivés, comme les podcasts et les vidéoblogs, l'internaute devient à la fois spectateur, acteur et commentateur. Même chose avec des sites comme l'encyclopédie collaborative Wikipédia, les services de partage d'images ou de vidéo comme Flickr, YouTube et DailyMotion, les communautés en ligne comme MySpace, Del.icio.us, etc. Aucune activité commerciale : simplement des espaces d'échange d'idées et de documents. Le Web 2.0 serait donc le Web par le peuple, pour le peuple. » (http://www.lefigaro.fr/hightech/2006/05/10/01007-20060510ARTWWW90358-qu_est_ce_que_le_web_.php). Paul Graham parle même à ce sujet de « Web 2.0 democracy » (http://www.paulgraham.com/web20.html )

2.La génération Y : la génération de Web 2.0

La génération Y est le pilier du web communautaire. On appelle communément la génération Y ou "digital native", les personnes nées entre la fin des années 70 et le milieu des années 90. Leurs parents sont souvent des baby boomers. Cette dernière est à la fois à l'origine du web 2.0 et à la fois la cible privilégiée des entreprise du web. Mark Zuckerberg, par exemple, fondateur et CEO de Facebook, n'est âgé que de 26 ans mais est déjà à la tête de l'empire du web 2.0.
Les membres de cette nouvelle génération d'ultra connectés partagent énormément, mettent à jour leur statut, utilisent quotidiennement la télévision 2.0 (Youtube)et ainsi que leur téléphone 2.0 (Iphone). A la différence des papy boomers, la génération Y est en interaction permanente avec sa communauté. L'omniprésence sur la toile de cette génération Y, lui donne de l'importance et de l'influence. Le célèbre "Consommateur est roi" n'a jamais été aussi pertinent qu'aujourd'hui dans le sens où le client insatisfait n'a jamais été autant écouté et ce grâce à l'utilisation des nombreux outils 2.0. Nous étudierons par la suite ce phénomène de consom'acteur.


Google Génération ou Génération Y


B.Les sites 2.0

Comme nous l’avons vu précédemment, c’est la possibilité pour l’internaute de modifier et d’enrichir le contenu d’un site qui est au cœur du concept du Web 2.0. Les 5 groupes de services web ci-dessous illustrent parfaitement le Web 2.0.

1.La blogosphère

La blogosphère représente l’ensemble des blogs ainsi que ses rédacteurs. Le blog est l’un des éléments importants de l’avènement du Web 2.0. Cette forme de site web accessible à tous, facile d’utilisation, qui permet de diffuser sa propre information librement et à tous par la publication de simples « billets » a connu tout de suite le succès. Aujourd’hui, plus de 100 millions de blogs sont en ligne ! Le blog est également un espace de discussion ouvert car il donne la possibilité aux lecteurs du blog de laisser leurs propres commentaires sur le contenu diffusé. Un blog peut être personnel sous forme d’un journal intime, il peut être thématique sur la mode, le sport, les voyages, le marketing,… il peut être professionnel comme peut l’être un blog de marque ou d’entreprise,…Pour résumé, un blog peut être un peu tout et n’importe quoi. De nombreuses plateformes gratuites de blog sont disponibles et les plus connues et les plus utilisées sont Skyblog (29 millions de blogs à sont actifs), MySpace, Wordpress ou encore Blogger, la plateforme de blog de Google.

2.Les plateformes communément appelées « réseaux sociaux »

Les réseaux sociaux existent depuis que l’homme vit en société mais avec l’avènement d’Internet et l’ère du Web 2.0, ils ont pris de l’ampleur et de multiples formes. Les réseaux sociaux peuvent être classés sous forme de 4 grandes familles :
- les réseaux sociaux généralistes tels que Facebook ou Hi5
- Les réseaux sociaux de niche grand public tels qu’Ykone ou ModePass
- Les réseaux sociaux généralistes professionnels tels que LinkedIn ou Viadeo
- Les réseaux sociaux professionnels spécialisés tels qu’Agency Scoop ou Rezotour
Ces plateformes permettent de rassembler des internautes, de fédérer une communauté leur permettant de partager des intérêts communs au sein d’un espace de discussion unique.

3.Les plateformes d’échanges de contenus multimédia

Les plateformes médias telles que Youtube ou Flickr pour les plus connues sont de véritables outils de communication et de partage. Ces plateformes, permettent à n’importe quel internaute d’héberger ses propres vidéos, sa musique, ses photos et de les partager avec tout le monde. Là encore ce sont les internautes qui font le contenu. Jean-François Gervais dans Web 2.0 - Les internautes au pouvoir, Chapitre 2, insiste sur la part croissante des images sur Internet et explique en détails le fonctionnement de ces plateformes.
Ces plateformes ont une force de frappe impressionnante. Youtube est le 3e site le plus visité au monde selon Alexa http://www.alexa.com/topsites , plus de 200 millions d’utilisateurs dans le monde, pas moins d’un milliard de vidéos servies par jour et plus de 12 milliards de vidéos vues par mois ! Sur Flickr déjà 4 milliards de photos sont hébergées.

4.Le microblogging

Le microblogging est un dérivé simplifié du blog. Il permet de publier du contenu texte mais en format très court. L’exemple de microblogging le plus connu est Twitter, qui connait une croissance fulgurante actuellement. Twitter est avant tout un système de messagerie en temps réel ouvert à tous. Il permet à n’importe qui, à partir du moment où il est membre, de diffuser des messages courts (140 caractères maximum) appelés « Tweets » à sa communauté de « followers ». La masse de contenu est de plus en plus grandissante avec plus de 27 millions de tweets par jour !
Les chiffres utilisés dans cette partie sont présents dans ici : http://www.webaholics.info/2010/01/internet-2009-en-chiffre.html

5.Les espaces de recommandations

Avec l’avènement du e-commerce, les sites dit « comparatif » ont fait leur apparition et ont donné la parole aux acheteurs. Ces espaces de recommandations ont de plus en plus de pouvoir sur la décision d’achat. Ici, ce sont les acheteurs qui font la réputation du produit et non plus seulement le marketing produit. Nous reviendrons sur ce sujet plus en détails dans la partie II.B.3.
Il existe bien d’autres sites 2.0 et en ce qui concerne les médias sociaux, la liste est bien trop longue pour tous les citer. Pour en donner une illustration, Fred Cavazza, bloggeur influent et reconnu, a réalisé un panorama des réseaux sociaux :


C.Les valeurs 2.0

Les nombreux outils de partage disponibles sur le web et accessibles à tous, permettent de partager de manière beaucoup plus aisée et instantanée que par le passé. Le téléphone est ainsi devenu ringard au profit des téléphones mobiles connectés haut débit et des réseaux sociaux. Les blogueurs partagent de l'information et à ce titre dépassent même parfois l'influence de nombreux journalistes. Plusieurs vidéos uploadées sur Youtube par des internautes lambda ont explosé le compteur avec des centaines de millions de vue, largement plus que l'audience des chaines de TV les plus influentes.
Le partage est la valeur centrale du web 2.0. Les internautes se regroupent en communauté virtuelle ou Tribu, autour d'un intérêt ou passion commune, ce que décrit Seth Godin dans Tribes : We Need You to Lead Us. Le partage est au centre de la communauté, Eric Lamidieu, ancien de l'ESC Toulouse promo 98 à d'ailleurs largement traité le sujet dans son mémoire.




La transparence est aussi une des valeurs centrale du web communautaire. Chaque internaute peut ainsi d'un simple clic déposer un avis ou commentaire sur la plupart des sites internet. Ses avis d'internautes trustrank number 1 des entreprises de service type e-commerce feront l'objet d’une analyse plus poussée dans la prochaine partie.
Pour résumer le Web 2.0 c’est tout ça :





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire